Affichage de 1033 résultats

Notice d'autorité

La Marck, Robert (de)

  • /
  • Personne
  • 1491 ? - 1536

Seigneur de Fleurange, maréchal de France.

Maison du Roi (Ancien Régime)

  • /
  • Collectivité
  • XVIIe - XVIIIe siècles

En dépit d’un titre apparemment restreint, le secrétaire d’État de la Maison du roi a la tutelle d’un vaste domaine administratif. Il signe pour le roi les nominations aux offices et charges de cour, les décisions de pensions, les brevets et certaines lettres de naturalité. Il veille au bon fonctionnement des services de la maison civile gérés par les grands officiers de la Couronne, tels la chapelle, la maison-bouche, la chambre, les bâtiments, jardins, arts et manufactures, les haras, le garde-meuble, etc.). « Ministre de la cour », le secrétaire d’État de la Maison du roi est chargé de dresser les contrats de mariage des princes du Sang.

En 1749, il prend en charge également le département de la Religion prétendue réformée, ce qui lui vaut des attributions géographiques supplémentaires. En effet, souvent désigné comme le « ministre de Paris », le secrétaire d’État de la Maison du roi exerce des fonctions de police et d’administration générale non seulement à Paris et en Île-de-France, mais aussi dans un certain nombre de provinces centrales du royaume, en général des pays d’états : les généralités d’Orléans, Limoges, Soissons, La Rochelle, Poitiers et le Languedoc à la fin de l’Ancien Régime.

Marey-Monge, Ernest

  • /
  • Personne
  • 1809 - 1852

Fils de Nicolas-Joseph Marey, député de la Côte-d’Or à la Législative et à la Convention. Ancien officier d’artillerie, membre du conseil municipal de la ville de Nuits-sous-Beaune.

Membre de la Commission départementale des Antiquités de la Côte-d’Or.
Membre de la Société Éduenne d’Autun.

Goujon, Abel

  • /
  • Personne
  • 1794 - 1834

Imprimeur-libraire et imprimeur lithographe.

Foucher, ?

  • /
  • Personne
  • ? - ?

Hubert, Henri

  • /
  • Personne
  • 1872 - 1927

Henri Hubert naît à Paris le 23 juin 1872 dans une famille aisée. Son père, retiré des affaires, l'encourage tôt à avoir des distractions intellectuelles et artistiques. De 1884 à 1890, il étudie au lycée Louis-le-Grand (voir 2016001/1-2016001/4) ; très bon élève, il remporte un premier prix au Concours général. Il obtient une licence à la Sorbonne et est admis en 1892 à l’École normale supérieure (voir 2016001/5-2016001/10), où il devient bibliothécaire adjoint auprès de Lucien Herr, qui exerce une grande influence sur lui. Trois ans plus tard, il est reçu troisième à l'agrégation d'histoire et entre à l’École pratique des hautes études (voir 2016001/11-2016001/15), où il s'inscrit notamment au cours d'assyrien de l'abbé Quentin. Il commence en 1896 une thèse sur la déesse syrienne, qu'il ne terminera jamais.
Cette même année, il se lie d'amitié avec Marcel Mauss (neveu d’Émile Durkheim), avec lequel il contribue à L'Année sociologique. Via cet organe, ils contribuent à l'introduction et au développement des thèses durkheimiennes dans les domaines de l’histoire des religions, de la mythologie, de l'ethnographie comparée et de la protohistoire. Ils y publient notamment leurs articles « Essai sur la nature et la fonction sociale du sacrifice » (1899) et « Esquisse d'une théorie générale de la magie » (1904) (voir 2016001/117-2016001/119). Les hypothèses développées dans ces deux textes sont remises en perspective dans leur ouvrage commun Mélanges d'histoire des religions, publié en 1909 (voir 2016001/150-2016001/151). Hubert consacre beaucoup de temps aux dépouillements et critiques d'ouvrages en anglais, allemand, italien et espagnol pour alimenter les rubriques de la revue (il y publie quelque 479 notices et comptes rendus). Il confronte ensuite les savoirs qu'il engrange par ce biais à ses observations du matériel archéologique et ethnographique.
De fait, depuis 1898 il occupe un poste d'« attaché libre » au musée des Antiquités nationales. Au moment où y entrent une grande quantité d'objets, il procède au classement des collections et à la conception des aménagements muséographiques, en tenant compte – chose nouvelle – des provenances et des contextes archéologiques (voir 2016001/182-2016001/197). Il supervise successivement l’aménagement des salles de l’âge du bronze et de l’époque de Hallstatt, de la mythologie, des métiers et de la céramique gallo-romaine. Il s'attaque ensuite à la mise en valeur des collections de Frédéric Moreau, du baron Joseph de Baye, de Paul du Chatellier, d’Édouard Piette et de Jacques de Morgan. Son travail minutieux de réévaluation du matériel archéologique le conduit à mettre au point sa méthode fondée sur la restitution d'ensembles clos pour les comparer, saisir les éventuelles concomitances et en déduire une chronologie par l'étude des variations au sein de ces assemblages. Hubert perfectionnera encore cette méthode après la Première Guerre mondiale, à l’occasion du tri et du classement des séries provenant des fouilles des sites de La Quina et du Roc de Sers (fouilles Léon Henri-Martin, Charente) ou du Fort-Harrouard (fouilles de l’abbé Philippe, Eure-et-Loir). Il fait acquérir ces séries pour le musée, après avoir parfois participé aux fouilles.
Parallèlement, Henri Hubert consacre une partie de son temps à l'enseignement. Il est élu en 1901 maître de conférence au sein de la section des sciences religieuses à l’École Pratique des Hautes Études (il y occupe la chaire des « religions primitives de l’Europe ») (voir 2016001/17-2016001-46). En 1906, il est chargé du cours d’archéologie nationale à l’École du Louvre (ethnographie préhistorique de l’Europe)(voir 2016001/47-2016001/116).
De 1898 à 1910, il effectue plusieurs voyages (voir 2016001/209-2016001/215), notamment un « tour du monde » en 1902-1903. Il initie ce dernier après l'obtention d'une mission du ministère de l’Instruction publique pour représenter l’École pratique des hautes études au Congrès international des Orientalistes de Hanoï. Après ce congrès, il voyage au Japon et aux États-Unis, en profitant pour constituer un réseau de correspondants et procéder à des échanges de matériel archéologique et ethnographique et de moulages.
En 1910, Hubert est nommé conservateur adjoint au musée des Antiquités nationales. Dans les fait, il exerçait déjà ce rôle : la correspondance conservée au musée et à la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence semble montrer que Reinach et lui se sont réparti les tâches d'administration et de gestion de l'établissement (voir 2016001/200-2016001/208). Le premier siège dans les instances administratives, assume un rôle de représentation officielle ainsi qu’un rôle moteur au sein de sociétés savantes et de comités de rédaction de revues savantes ; le second conduit quotidiennement les travaux de remaniement et d’aménagement des salles, de supervision des restaurations de collections, de repérage et d'estimation d’objets et de collections en vue d’acquisitions (voir 2016001/198-2016001/199). Cette année 1910 marque néanmoins le moment à partir duquel Hubert se consacre entièrement à l’organisation de la salle de comparaison, secondé par Henri Beuchat. Il est encouragé et inspiré dans cette tâche par son voyage autour du monde et l'amitié de collègues tels que Enrico Giglioli, directeur du Muséum d'histoire naturelle de Florence. Pour sa démonstration, Hubert choisit d'organiser la salle d'archéologie comparée à partir de deux grandes idées : selon un premier axe, offrir tout d'abord une vision globale des sociétés humaines anciennes et sub-contemporaines en montrant leur variété géographique et chronologique, puis selon d'autres axes transversaux évoquer leur succession chronologique, en les ordonnant selon leurs niveaux techniques (Jean-Pierre Mohen, « Henri Hubert et la salle de Mars », Antiquités nationales, 1980-1981, p.88-89). L'historien-archéologue souhaite faire saisir au visiteur que d'un continent à l'autre, et parfois à des époques différentes, des sociétés humaines ont connu un niveau de développement comparable, maîtrisé des capacités techniques similaires, ou au contraire créé des objets répondant à des fonctions identiques mais aux formes ou aux décors extrêmement différents, déterminés par des choix culturels spécifiques ou de fortes valeurs symboliques. Bien qu'inachevée à la mort d'Hubert et à l'origine de tensions entre lui et Reinach lorsqu'il en reprend la mise en œuvre après sa démobilisation, cette salle des comparaisons fait l'admiration de plus d'un de ses contemporains, à commencer par Mauss.
Par ailleurs, avant la guerre et dans le cadre de sa participation à la sous-commission des monuments préhistoriques (voir 2016001/216-2016001/244), Hubert contribue à la préparation d’un projet de loi sur les fouilles, déclinaison de la loi sur les monuments historiques de 1887 révisée et augmentée en 1913. Cette loi, les milieux scientifiques l'ont appelée de leurs vœux, à la suite de l'exportation de certaines découvertes de Dordogne par le préhistorien-antiquaire suisse Otto Hauser. Le texte est défendu au Sénat par Théodore Reinach, mais le projet d’organisation d’un véritable service des fouilles, à la tête duquel le musée des Antiquités nationales devait jouer un rôle prépondérant, ne verra pas le jour ; seuls sont créés des « laboratoires de recherche préhistorique » tels que celui des Eyzies-de-Tayac (Dordogne).
En 1914, Henri Hubert est mobilisé et affecté au sous-secrétariat à l’artillerie. Il entre dans le cercle des collaborateurs d’Albert Thomas, et participe avec lui à une mission en Russie. En 1918, il devient organisateur des dépôts d’œuvres d’art à l’arrière du front français pour le ministère de l’Instruction Publique (voir 2016001/225-2016001/232). Il est retenu après l'armistice pendant quelques temps pour réorganiser les musées de villes bombardées. Pour ces services rendus, il est nommé en 1920 chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur.
L'année précédente, il avait réintégré son poste au musée et repris ses activités d'enseignement. Mais sa santé l'oblige à se faire seconder dans son travail de conservateur et remplacer pour certains de ses cours à l’École du Louvre par Olov Janse. Très affecté par la mort de Durkheim en 1917 et plus encore en 1924 par celle de sa femme Alma Schierenberg, épousée en 1910, il s'éteint à Chatou le 25 mai 1927. Deux ouvrages de synthèse qu'il préparait encore à la veille de sa mort seront publiés de manière posthume : le premier sur les Celtes (en 1932), (voir 2016001/175-2016001/180), le second sur les Germains (en 1952).

Hucher, Eugène

  • /
  • Personne
  • 1814 - 1889

Maître-verrier. Il rachète la fabrique de vitraux du carmel et la lègue à son fils qui suivra le travail de son père.
Conservateur du musée d'archéologie du Mans (1863-1889). Archéologue et numismate. Talents d'archéologue, numismate et dessinateur.

Correspondant CTG pour la Sarthe
Correspondant CGHAF pour la Sarthe
Membre de la Société Française pour la conservation des anciens monuments, puis de la Commission des monuments historiques de la Sarthe.
Membre de la Société Royale d'agriculture, des Sciences et des Arts.
Membre de la société française d'archéologie.
Membre non résidant du CTHS (1850-1880).
Membre de la Société historique et archéologique du Maine.

Henri II

  • /
  • Personne
  • 1519 - 1559

Roi de France de 1547 à sa mort en 1559.

Lantier, Raymond François

  • /
  • Personne
  • 1886 - 1980

Archéologue, Raymand Lantier a notamment fouillé et étudié le cimetière wisigothique d'Estagel (Pyrénées-Orientales), en Espagne et en Tunisie, participant en particulier aux fouilles de Carthage.
Sa carrière institutionnelle est riche en responsabilités. Il est conservateur adjoint, à partir de 1926, puis conservateur et directeur, de 1933 à 1956, du musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye. Parallèlement, il officie en qualité de professeur d’antiquités nationales et préhistoriques à l’École du Louvre.
Membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de 1946 à sa mort, Raymond Lantier est aussi membre du Comité des travaux historiques et scientifiques et du Comité national de géographie. Il est officier de la Légion d’honneur et officier dans l’Ordre des palmes académiques. Son épouse est décédée en 1995.

Lamarre, L. M.

  • /
  • Personne
  • ? - 1882

Abbé. Il a fait construire une église et un presbytère à Bourgnouvel sur les plans de Lenoir, directeur des Beaux-arts à Paris (1866). Il est mort curé de Belgeard.
Correspondant CTG pour la Mayenne (?)

Le Fizelier, Jules

  • /
  • Personne
  • ? - ?

Correspondant de la CGHAF pour la Mayenne

Le Mercure de France

  • /
  • Collectivité
  • 1672 - 1832

Hebdomadaire français fondé en mars 1672 par Donneau de Visé, sous le titre "Mercure galant", titre qu'il conserva jusqu'en 1674 et reprit de 1678 à mai 1714. Il prit le titre de "Nouveau Mercure galant" en 1677, et de mai 1714 à octobre 1716. Il s'appela "Nouveau Mercure" (1717-mai 1721), "Mercure" (juin 1721-1723), "Mercure de France. Dédié au Roi" (1724-10 déc. 1791), "Mercure français" (17 déc. 1791-18 fév. 1799), "Mercure de France. Journal politique, littéraire et dramatique" (29 jan.-16 sept. 1799), "Mercure de France (littéraire et politique)" (juin 1800-1816, puis 1817-jan.1818), "Mercure de France et chronique de Paris" (juil.1819-fév.1820), "Mercure du dix-neuvième siècle" (1823-1827), "Mercure de France au dix-neuvième siècle" (1827-1832)

Le Laboureur, Louis

  • /
  • Personne
  • v. 1615 - 1679

Louis Le Laboureur, « escuyer, bailly du duché et pairie de Montmorency, conseiller du Roy et tresorier general de France en la generalité de Bourdeaux », vivait en 1675 à la Cour, non seulement en sa qualité de conseiller du prince de Condé, mais surtout parce qu’il y avait été appelé « pour l’education et les estudes de messieurs les princes de Conty, qu’il a plu au Roy de faire elever auprès de monseigneur le Daufin » (Archives nationales, E 481b, f. 158, 23 janvier 1675).

Le Touzé de Longuemar, Alphonse

  • /
  • Personne
  • 1803 - 1881

Correspondant CTG pour la région de Poitiers (Vienne).
Membre de la Société des Antiquaires de l'Ouest.

Lespinasse de Pebeyre, Louis Charles (de)

  • /
  • Personne
  • 1818 - 1902

Inspecteur spécial du ministère de la police générale (Perpignan), 1er mars 1852, poste supprimé le 5 mars 1853.
Sous-préfet de Lannion de 1853 à 1855 ; de Villeneuve-sur-Lot de 1855 à 1857.
Secrétaire général de la Seine-Inférieure de 1857 à 1860.
Préfet de la Lozère de 1861 à 1864 ; du Lot de mars 1864 à avril-mai 1868 ; des Landes de 1868 à 1870, démissionnaire le 6 septembre 1870 .
Trésorier-payeur général de la Corrèze, 12 avril 1871 ; en disponibilité le 25 janvier 1879.
Il est l'un des fondateurs de la Société des Lettres Sciences et Arts de la Corrèze en 1878.

Louis XVI

  • /
  • Personne
  • 1754 - 1793

Duc de Berry, puis dauphin du 20 décembre 1765 (mort de son père le dauphin Louis) au 10 mai 1774 (mort de son grand-père Louis XV). Épouse Marie-Antoinette d'Autriche le 16 mai 1770. Roi de France du 10 mai 1774 à 1791, roi des Français en 1791 et 1792. Petit-fils de Louis XV

Louise de Savoie

  • /
  • Personne
  • 1476 - 1531

Fille de Philippe de Savoie et de Marguerite de Bourbon, épouse de Charles de Valois, duc d'Angoulême , et mère de François Ier et de Marguerite d'Angoulême.

Maison de Condé

  • /
  • Famille
  • 1530 - 1830

Branche cadette de la maison de Bourbon, elle succéda à Chantilly aux Montmorency.

Martin, Henri

  • /
  • Personne
  • 1810 - 1883

Président de la CGHAF.

Millet, Aimé

  • /
  • Personne
  • 1819 - 1891

Sculpteur et peintre français. Il est l'auteur du Monument à Vercingétorix commandé par Napoléon III et installé sur le Mont Auxois le 27 août 1865.

Micault, ?

  • /
  • Personne
  • ? - ?

Aurigemma, Salavatore

  • /
  • Personne
  • 10 février 1885 - 1 avril 1964

Archéologue. - Professeur d'antiquité classique à l'Université de Bologne, Inspecteur du Museo nazionale de Naples,

Auriol, Achille

  • /
  • Personne
  • 1865 - 17 mai 1937

Archéologue et historien. - Conservateur des objets d'art et antiquités de la Haute-Garonne. - Président de la Société archéologique du midi de la France (1921-1937)

Ville de Saint-Germain-en-Laye

  • /
  • Collectivité
  • 1790 - 2099

Robert le Pieux, roi de 996 à 1031, fit élever un monastère en l'honneur de saint Germain, qui devint ensuite un prieuré rattaché à l'abbaye de Coulombs. Vers 1124, le roi Louis VI le Gros y fit construire une résidence à l'emplacement de l'actuel Château-Vieux. La grande majorité des rois de France viendront y séjourner jusqu'en 1682, date à laquelle Louis XIV abandonne définitivement Saint-Germain-en-Laye pour Versailles.

Dans la première moitié du XIIe siècle le hameau s'organise progressivement. L'abbé Roger nomme le maire, un certain Rahier, et lui confie le majorat de Saint-Germain-en-Laye. A ce titre il convoque les habitants à l'audience du prieur, exerce la haute-justice et veille au respect des mesures en vigueur pour la ville.

À l’époque moderne, Saint-Germain est représenté par un syndic à la nomination bisannuelle des habitants. La ville est placée sous la tutelle de l'autorité royale qui désigne la hiérarchie administrative : le prévôt, le lieutenant de police et le procureur du roi.Un arrêt du Conseil d’État du 13 avril 1758 prévoit un conseil de la ville composé de vingt-cinq membres, présidé par le prévôt. Un édit de 1771 remplace ce conseil par un corps municipal composé d’un maire, de quatre échevins, du procureur du roi, d’un secrétaire-greffier et d’un receveur. En 1783 celui-ci est remplacé à nouveau par un conseil de la ville, puis en 1789 par un comité municipal provisoire de 24 membres élus par les habitants et dont le président change tous les quinze jours.

Une loi du 14 décembre 1789 compose les municipalités d’un maire, d’officiers municipaux et de notables élus pour deux ans par les citoyens actifs. Le maire et les officiers municipaux forment le conseil municipal, et qui, avec les notables, forment le conseil général pour les affaires importantes.

Le 7 janvier 1790, l’Assemblée nationale fixe la nouvelle carte administrative. La France est alors divisée en 83 départements. Saint-Germain devient le chef-lieu de l’un des neuf districts du nouveau département de Seine-et-Oise – Versailles étant désigné chef-lieu du département.
Saint-Germain est à la fois district du département et canton de ce même district, puis arrondissement.

En tant que district, Saint-Germain est le siège d’un tribunal. Son ressort territorial rassemble 63 municipalités réparties en 6 cantons. Le décret du 24 août 1790 installe deux justices de paix à Saint-Germain : une première pour la ville même, une seconde pour les autres municipalités de son ressort territorial. La constitution du 5 fructidor an III (22 août 1793) supprime les districts, il ne reste plus qu’un tribunal civil à Versailles. Néanmoins le décret du 19 vendémiaire an IV (13 octobre 1795) installe à Saint-Germain un tribunal correctionnel.

En tant que canton, Saint-Germain administre 14 communes : Chatou, Chavenay, Croissy, Faucherolles, Fourqueux, Lanluet, l’Etang-le-Ville, Maisons, Mareil, le Mesnil, le Port au Pecqu, Saint-Légers, Saint-Nom et Saint-Germain.
La loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) restructure la France en département, cantons, municipalités, arrondissements et communes. Le décret du 3 brumaire an X (25 octobre 1801) constitue le canton de Saint-Germain-en-Laye appartenant au 3e arrondissement de Seine-et-Oise. Le territoire se compose d’une Justice de paix et 12 communes : Achères, Aigremont, Chambourcy, Chatou, Croissy, Fourqueux, Maison-Laffitte, Mareil-Marly, Mesnil-le-Roi, Le Pecq (depuis le 8 juin 1875) et Saint-Germain.
Saint-Germain-en-Laye, seconde ville du département de Seine-et-Oise, est restée simple chef-lieu de canton à cause de sa proximité avec la Préfecture de Versailles.

Le 7 novembre 1962 est créé l'arrondissement de Saint-Germain-en-Laye avec comme chef-lieu la ville du même nom.

Varagnac, André

  • /
  • Personne
  • 1894 - 1983

Conservateur.

Valerio, Théodore

  • /
  • Personne
  • 1819 - 1879

Peintre, graveur à l'eau forte et lithographe.

Ventouillac, L. T.

  • /
  • Personne
  • 1798 - ?

Professeur de langue et littérature françaises au Royal College de Londres.

Vouga, Paul

  • /
  • Personne
  • 1880 - 1940

Fils d’Émile Vouga, instituteur et archéologue, et de Marie-Valérie Jahn. Epouse en 1906 Marie-Louise Billeter, fille d'Otto, professeur de chimie à l'université de Neuchâtel. Études de lettres à Neuchâtel (licence en 1902, doctorat en 1905), Florence et Berne. Professeur à l'école supérieure de commerce de Neuchâtel (1906-1940), privat-docent (1909-1919), puis professeur extraordinaire (1919-1940) de préhistoire à l'université. Conservateur des collections archéologiques du Musée d'histoire de Neuchâtel (dès 1909) et responsable des fouilles cantonales. Président de la Société suisse de préhistoire (1934-1937), collaborateur de plusieurs revues, V. est connu pour ses fouilles à La Tène, pour l'établissement de la première chronologie stratigraphique du Néolithique en Suisse et pour l'utilisation de la photographie aérienne dans la prospection archéologique.

Véran, Auguste

  • /
  • Personne
  • 1839 - 1927

Architecte et inspecteur des travaux des Monuments historiques.
Correspondant CTG pour les Bouches-du-Rhône. Correspondant de la CGHAF.

Young, Arthur

  • /
  • Personne
  • 1741 - 1820

Agronome anglais.

Abric, ?

  • /
  • Personne
  • ? - ?

Lieutenant en 1917

Alquier, Prosper

  • /
  • Personne
  • 31 mars 1890 - 8 février 1932

Archiviste paléographe en 1921. Secrétaire-Archiviste du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française en 1921. Archiviste du Gouvernement Général de l'Afrique Occidentale Française, puis archiviste départemental. Membre correspondant hors des Colonies du groupe de l'Afrique Occidentale Française du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, de 1924 à 1931. Conservateur du musée de Constantine (Algérie).

Résultats 251 à 300 sur 1033